Les dictées loufoques du professeur Rollin

Gare à vos doigts ! Le professeur Rollin sort la règle en métal pour vous prodiguer ses règles de savoir-vivre… et de grammaire !

Dans Les Dictées Loufoques du Professeur Rollin, François Rollin décline, avec la finesse et l’humour qu’on lui connaît, le concept de la dictée de Mérimée, au travers de plus de 50 textes assortis de leur commentaires. Pièges grammaticaux, doubles sens, jeux orthographiques, mots rares, François Rollin ne lésine pas sur les moyens lorsqu’il s’agit de surprendre son auditoire.

Le 16 novembre, il endossait de nouveau sa cape de professeur à la Bibliothèque historique de la ville de Paris pour proposer, dans le cadre de la 6ème édition du festival Paris En Toutes Lettres, une dictée pas piquée des hannetons à ses élèves d’un moment.

Dans un premier texte, Dictée loufoque, il invite l’auditeur (ou le lecteur, c’est selon) à suivre, malgré l’avalanche de complications orthographiques et de mots rares, les tribulations d’un loup « cacochyme », dans de « giboyeuses » contrées, « là où les scorsonères en thyrses tintinnabulent, où les puffins fuligineux zinzinulent » et qui a trahi la nature « carnassière » de ses congénères pour suivre le régime exclusivement « piscivore » d’un « vulgaire pinnipède ». Son compagnon, un « ornithorynque callipyge mais syphilitique » tente par tous les moyens de lui faire avouer qu’il n’est pas uniquement loup, mais que sa bizarre « idiosyncrasie » le rend tout simplement « loup-phoque », et de conclure, « fais moi plaisir, dis-le une bonne fois ! Dis qu’t’es loup-phoque ! ».

Dans un second temps, le professeur nous raconte un épisode de la vie de Dagobert, « auquel l’épithète bon est toujours accolé ». Le bon roi finance une expédition « aux antipodes » du royaume, à la recherche « d’agrumes » nouveaux. On y croise des « poulpes » couverts d’ « acné » et aux mille « tentacules », des « équinoxes », « écritoires » et autres « planisphères », mais aussi des « vivres » qui dégagent, à l’image d’« immondices », des « effluves » peu agréables. La difficulté étant cette fois, on s’en doute, de trouver un genre à tous ces termes et de les accorder au mieux à divers adjectifs.

Entre érudition et humour fin, François Rollin s’est fait « dictateur » (celui qui dicte), le temps d’une soirée, pour les « élèves » de la BHVP et nous a invité à renouer avec le plaisir des jeux grammaticaux, polysémiques et polyphoniques, de la langue française.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s